Règles de bases - Erreurs à éviter

Il y a quelques règles incontournables qui fonctionnent sur tous les marchés, tous les produits, et qui découlent du comportement même des opérateurs, de leur psychologie, bref tout ce qui fait que les mouvements de marchés sont et seront toujours mus par les mêmes réactions.
D’autant plus avec l’analyse technique, car tout le monde a la même info sur les prix à tout moment et en même temps.
De ces règles de base découlent des erreurs types à éviter, celles que commettent en général les débutants, mais aussi ceux qui ne progressent pas sur le marché, parce qu’ils n’apprennent pas les quelques règles élémentaires, ou vont écouter des gens dont le métier n’est pas de travailler en réel sur les marchés.
Quand on ne gagne pas et qu’on ne perd pas en réel, on n’apprend pas, à gagner.

Pour débuter, en plus des excellents sujets ici sur VENDRESONBLE, il existe quelques livres faits par des professionnels de marchés, dont l’expérience permet déjà de faire un bond rapide dans la compréhension des mécanismes de marchés.

Tout cela vaut pour le physique, achats et ventes, les futures, les options, les actions, bref tous marchés.

4 J'aime

Un exemple de livre pour néophyte?

RÈGLE DE BASE : ON NE VEND PAS SUR UN SUPPORT EN TENDANCE HAUSSIÈRE.
Ni même en range.

C’est le basique absolu, qui découle immédiatement de la théorie de Dow.

Cela vaut donc aussi dans l’autre sens : on n’achète pas une résistance en tendance haussière.

Est-ce qu’on vend le support pluriannuel en blé à 170-180, en colza à 340-360 ?
Est-ce qu’on vend le retour sur les points de contact d’une oblique haussière ?
En range horizontal est-ce qu’on vend le bas par crainte d’enfoncer le bas du range ?
… la réponse est NON partout.

Si on vend ces niveaux, comme on le voit parfois, c’est qu’on réagit en mode panique, comme un débutant. Et là que se passe-t-il ? Les cours rebondissent et repartent à la hausse 8, 9, 10 fois sur 10.

Les points supports, que ce soit les niveaux connus, comme ceux cités au-dessus, ou les supports dynamiques, comme les obliques haussières, sont faits pour être achetés. Physique, futures, options.
Les ventes se font sur les résistances, soit un niveau de résistance fixe, soit le haut d’un range, soit le haut d’un canal haussier + point de résistance avéré.
C’est là aussi qu’on encaisse les calls, et qu’on prend les puts. Ni l’un ni l’autre ne sont à faire quand les prix font un retour sur support, et que là encore on se dit ouille ça pourrait traverser le plancher.

2 J'aime

On en avait cité au fil du temps, certains sont très bien mais plus anciens, parmi les plus actuels il y a notamment celui-ci. Pour en citer un qui résume beaucoup de choses. A compléter éventuellement avec le précédent du même auteur, s’il est encore disponible.

Si d’autres ont un 1er livre à proposer, n’hésitez pas à poster.

image

3 J'aime

Merci

J’ai lu son premier livre qui était excellent. Mais je préférais à l’époque le Marcel Link chez Valor Editions.

J’ai acheté son deuxième livre, il y a quelques années, mais pas encore lu …

Pour commencer sur les bases vous avez Francois Baron avec les figures et les chandeliers. C’est la base.

2 J'aime

Oui les chandeliers sont aussi indispensables.
Il faut par contre impérativement les coupler avec la lecture et la compréhension de la tendance, et des stratégies qui s’y rattachent + le lien avec le comportement des opérateurs.

L’analyse seule ne suffit pas à faire des gagnants.
La plupart des analystes ne savent que parler des graphiques.

GAGNER = RESPECT DES RÈGLES + GESTION DU RISQUE
Une bonne analyse ne nuit pas c’est évident :slight_smile: mais ce n’est pas premier.
La gestion du risque et des positions vient avant.

5 J'aime

RÈGLE DE BASE : SAVOIR CE QU’IL NE FAUT PAS FAIRE.

Autant il est important de savoir comment agir en fonction de la tendance, autant il est important de savoir quand ne rien faire.
Et ce qu’il faut éviter de faire. Il y a des prises de position qui amènent plus de risques que de gains potentiels, il faut savoir y renoncer. Toute entrée n’a pas la même probabilité de réussite.

Savoir attendre le bon moment, le bon prix, le bon signal pour commencer à agir.

C’est l’image du fauve qui dort, et qui ne se réveille pour bondir que lorsqu’il sait qu’il a de bonnes chances d’attraper quelque chose.
Sinon il dort, il observe, il anticipe.

L’autre conséquence c’est qu’on est amené à moduler la taille de position en fonction de la probabilité de réussite.
Avec une faible proba on ne fait rien.
Avec une proba moyenne on réduit la taille.
Avec une proba plus forte on augmente.

5 J'aime

Ce qui veut dire aussi qu’on intervient dans les phases de marché où là lecture des cours et du mouvement nous semble claire, compréhensible et pas floue, compliquée, hasardeuse.

Ex. Il y a des biseaux, des triangles, ou des allers retours impulsifs et brutaux, où on ne sait pas quand le marché va s’en extraire, ni même dans quel sens, il y a alors plus de coups à prendre que de gains. D’une part dans la figure elle même, et ensuite au moment de l’hypothétique sortie.
Il faut savoir l’identifier et se dire je reste en dehors.

MÉTHODOLOGIE, GESTION DE RISQUE vs ANALYSE TECHNIQUE THÉORIQUE
C’est la méthodologie et la gestion du risque qui font des gagnants en réel.
Les purs analystes sont des gagnants sur le papier. Ce sont les plus nombreux.
C’est la pratique d’années en années qui fait avancer. Et dépasser tous les conseilleurs théoriques, virtuels et autres.

6 J'aime

REGLE DE BASE : ON NE SE MET PAS EN FACE D’UN MOUVEMENT IMPULSIF

Le marché se met à décoller brutalement, je ne me mets surtout pas vendeur en face parce que je pense qu’il a trop monté, ou que subitement pour me faire plaisir il va arrêter sa course et repartir dans l’autre sens. :wink:
Je passe vendeur, certes sur résistances, mais avec des arguments techniques qui vont dans le sens d’un ralentissement ou d’arrêt possible de la hausse.

C’est une des règles majeures qui empêchent de crasher un compte.

4 J'aime