Vendre son blé sur son smartphone

Les places de marché font une percée remarquée en agriculture.
Agriconomie, compararateur agricole and co bouleverse le secteur de la distribution agricole et des OS.

Pourtant, il y a eu des échecs retentissant comme Agrifirst il y a 15 ans qui était la même chose à l’époque que Agriconomie.

Je profite d’un post sur la file du blé sur le projet Boursagri dont on a entendu parler plusieurs fois mais dont l’ouverture semble poser problème puisque au départ, le service était annoncé pour la rentrée de septembre, puis l’automne et maintenant cet hiver.

Enfin bref, ce n’est pas le sujet.

J’ouvre cette file pour savoir ce que vous pensez de ces places de marché digitales.

Si vous êtes utilisateur, quelles expériences avez vous avec ces startup de la négociation agricole.
Quels avantages et quelles limites?

Lachez vous et soyez objectif.

Ps: pour les petits malins qui bossent pour ces sociétés et qui font de la pub sous couvert d’un pseudo anonyme, annoncez plutôt la couleur on ne va pas vous manger et l’échange en sera aussi plus riche.

1 J'aime

Sécurité des paiements, commissions de courtage, frais d’abonnements, … ???
à regarder au cas par cas, mais perso tout ce qui est payant inutilement… ce sera sans moi.

Surtout si dans certain cas tu as derrière des gens malhonnêtes, qui pillent le travail des autres depuis années, vendent du vent par abonnement, …

En effet Mike, on a vu aussi les petits malins comme tu dis, avec leurs gros sabots et leur pub déguisée.

1 J'aime

De toute façon nous n’avons pas le droit de vendre notre grain en direct donc intermédiaire avec droit d’entrée ou frais de courtage.
Les négoces et courtiers qui mettent la clef sous la porte ça existe. J’en connais au moins trois dont un en 2016, une année comme ça tu te prends un impayé ça doit calmer sévère.

Le risque de contrepartie est effectivement important dès que l’on travaille sur des circuit plus court.
Il faut gérer ce risque qui peut se traduire par un non-paiement, un retour de camion ou un paiement partiel pour des raisons de qualité contestable.

Il faut donc être très rigoureux dans le suivi et la gestion de ses stocks et de ses livraisons.

2 J'aime

En revanche, ces places de marché affichent des prix qui servent de références dans certaines régions. C’est le cas chez avec comparateuragricole. L’écart est désormais moins significatif avec les négoces du coin.

C est vrai avec le comparateur agricole le prix se tient avec le négoce et les coops , par contre quand on est pas très loin de la Belgique on peut espèrer 7 à 8 euros de plus C est à dire aujourd’hui on se proche des 200 !

2 J'aime

Oui certains marchés paient davantage. Des débouchés plus spécifiques aussi.

Pour ce qui est d’internet, si c’est pour ne pas être mieux que certains OS, je ne vois pas trop l’intérêt d’aller prendre du risque supplémentaire, d’avoir parfois moins de souplesse dans la négociation, de payer des frais supplémentaires d’abonnements ou autres.

Pareil pour les phytos, si internet n’est pas moins cher que les GIE, je préfère la sécurité, la négociation et la souplesse que l’on maîtrise.

2 J'aime

Ces nouveaux acteurs répondent à des agris qui veulent de l’autonomie et ne pas payer pour des services inutiles pour eux.

Les plus forts resteront comme d’hab et les autres disparaîtront rapidement

La séparation du conseil et de la vente va en tout cas dans le sens de ces nouveaux acteurs.

Bonjour à vous - je suis tombé sur votre forum ce matin.
Raphaël Jeudy - je suis le cofondateur de Boursagri® avec mon père Gilles Jeudy.

Vu que l’on parle de nous c’est bien de vous répondre.
L’ensemble de l’équipe Boursagri® ce joint à moi derrière ces quelques mots :wink:

En quelques mots: l’agriculteur d’aujourd’hui et de demain souhaite vendre en direct pour augmenter sa marge tout en gardant une sécurité de transaction.
Seulement comme évoqué aujourd’hui c’est impossible de vendre en direct. (L’état impose des collecteurs de taxe entre les transactions)
Boursagri® propose une mise en relation directe acheteur-vendeur avec un contrat séparé qui permet alors de sécuriser la transaction. L’objectif est de rassurer l’acheteur pour la gestion de l’exécution et surtout de sécuriser le paiement auprès de l’agriculteur.

Notre plateforme s’inscrira comme la première place des marchés physiques en ligne (dans le monde agricole). En déposant des ordres en ligne qui seront automatiquement marchés les utilisateurs peuvent enfin fixer leur prix et accéder à un MATIF PHYSIQUE en ligne.

S’inscrira car c’est pour demain…
Nous avons volontairement annoncer notre innovation à Innovagri en Septembre dans un souhait de lancement avec un capital d’utilisateurs pour plus de fluidité.

Aujourd’hui nous comptons plus de 650 Boursagrinaute - nous profitons de ce forum pour les remercier.

Notre ouverture est imminente… restez connecté.

Le marketing et la comm c’est une chose, on connait çà sur le marché des céréales… hélas !!:yum:
chacun fera son comparatif entre les sites en ligne, ses courtiers habituels, les coops et négoces, les meuniers, les débouchés locaux, les débouchés belges ou autres, etc…

Les frais seront à prendre en compte.

Le risque de paiement n’est réellement sécurisé qu’avec une chambre de compensation comme ce qui se fait sur Euronext. Et là c’est une autre machine.

1 J'aime

Je rejoins Manu sur le risque de transaction. A l’heure où les marges baissent ce risque peut augmenter. Comment protéger vous les acheteurs et les vendeurs de défaillances des uns et des autres?

Merci Raphael de nous répondre en direct et de manière transparente.

ReBonjour à vous, navré j’étais en rdv avec un éleveur que je salue au passage
:wink:

Du coup pour répondre: la sécurisation de la transaction… ça n’existe pas…

On est sécurisé dans une affaire lorsque l’on connait
*1. la contrepartie (=la confiance)
et/ou lorsqu’il existe
**2. une assurance de paiement…

*Mise à part nos agris avec qui l’on travaille au local… vous ne nous connaissez pas où seulement de nom: le négoce Jeudy dans le centre de la France.
Donc la confiance n’existe pas.
Le premier réflexe que vous avez est de consulter nos comptes (remarques de Boursagrinaute)
Le deuxième réflexe est d’appeler sa banque - pour résumé: nous avons 40 bilans consécutifs positifs et on s’efforce à payer tout notre personnel à la fin du mois :wink:

**Au delà de notre image et expérience métier - tous nos partenaires acheteurs sont couverts par l’assurance crédit

En conclusion: vous avez la sécurité d’un négoce agricole qui accompagne ses agris depuis 100 ans …
En tant que négoce nous réglons directement les agriculteurs contrairement à un système de courtage où la transaction est à la charge de l’acheteur.

Indisponible cet après-midi … navré pour la réactivité.
Raphaël Jeudy
Boursagri®

merci pour ta réponse.

Donc vous assurez le rôle de tiers de confiance.

Encore un nouveau dans la famille de la vente de céréales en ligne Ositrade.
Plus axé sur la logique filière et la sécurisation des transactions.

J’avais vu auusi un projet de ce type aussi dans le Nord, Lille je crois.
Il y aura 4 ou 5 acteurs de ce type je pense.

In vivo sort une boutique en ligne pour les intrants et je pense que la vente des céréales devrait suivre.

1 J'aime

je viens de découvrir aussi http://www.prix-moisson.com/views/map, un site d’informations locales sur les prix des céréales. c’est un site de farmleap.