On répond à vos questions

Je ne vous connais pas tous. Il y a des personnes confirmées comme débutantes.

Le but ici c’est échange ou l’entraide.

Alors dites moi dans cette file les difficultés, les freins ou les problèmes que vous avez et j’ouvrirai les files nécessaires pour que la communauté puisse y répondre.

Allez y c’est open bar!

Bonjour,
Que pensez vous de Pilotersaferme.com?

Concernant ce service, j’ai rencontré le boss il y a quelques semaines.

Notre vision des marchés est compatible sur beaucoup de points.

Je n’ai pas testé leurs services à ce jour. Mais cela semble de qualité à première vue.

Peut être des témoignages parmi les membres du Forum?

J’ai un rendez vous téléphonique ce vendredi

tu pourras nous faire un retour ainsi.

Au final, c’est ce mercredi, il faut que je prenne des vacances

Je ne savais pas où mettre ce sujet alors je viens ici répondre à des questions qui ne sont pas posées.
les termes employés sur les marchés à terme de marchandises (agricoles pour nous) , traductions, compréhension

Les marchés à terme en pratique article 1

marché de futures = marché à terme c’est à dire marché réglementé (surveillé, avec des garanties de bonne exécution) sur un produit physique qui est le sous-jacent; par exemple en blé, le marché à terme du blé Euronext a comme sous-jacent le blé (ça c’est fort) meunier, aujourd’hui grosso modo du blé 76 220 11
celui qui achète un contrat s’engage à livrer 50 tonnes (la taille d’un contrat ou lot) de blé à l’échéance, c’est à dire quand on arrive à la période de livraison de la marchandise sous-jacente, c’est à dire le blé physique prévu, sauf si l’acheteur a revendu son contrat avant cette période fatidique de livraison. La plupart des opérateurs ne vont jamais à livraison. D’ailleurs, pour aller à livraison, c’est sans doute toujours pour 10 lots minimum, donc 500 tonnes.

  1. les échéances elles correspondent au mois de livraison du sous-jacent pour les opérateurs qui iraient jusque là. On les désigne par le mois et l’année concernée; exemple:
    janvier 2019, mai 2020…
    chaque mois est nommé pour plus de facilité par une lettre et un chiffre pour l’année:
    F9 pour janvier 2019, K0 pour mai 2020…
    à suivre
6 J'aime

Les marchés à terme en pratique article 2

A chaque mois donc à chaque échéance, correspond une lettre:
F pour janvier, G février, H mars, J avril, K mai, M juin, N juillet, Q août, U septembre, V octobre, ,X novembre, Z décembre
ne me demandez pas pourquoi ces lettres là, je n’en sais rien, mais ces lettres sont utilisées sur tous les marchés mondiaux.
pour les années, on prend juste un chiffre, le dernier de l’année de l’échéance. pour 2018, c’est 8, pour 2021, c’est 1; quand on cotera du 2028, ce sera à nouveau 8, mais le 2018 sera oublié depuis longtemps.

si en colza Euronext vous parlez du future (marché à terme) novembre 2018, il s’agit de l’échéance X8

Il y a un sigle d’une ou plusieurs lettres qui correspond à chaque future coté; chez nous ECO c’est pour le Colza, EBM pour le blé, EMA pour le maïs… à Chicago en électronique, ZW c’est pour le blé, ZC pour le maïs, ZS pour le soja, ZM pour le tourteau de soja, ZL pour l’huile de soja… à Londres, T c’est pour le blé…

Donc pour parler ou suivre ou traiter (trader ou opérer) un future sur une échéance, on a la ou les lettres du sous-jacent, une lettre pour le mois d’échéance et un chiffre pour l’année:
ECOX8 = colza Euronext novembre 2018
EBMZ9 = blé Euronext décembre 2019
ZWH9 = blé Chicago (CBOT) mars 2019

Quand on parle d’une échéance en nommant son mois sans l’année, c’est la première qui arrive sur un tel mois; si on parle du colza novembre (sur Euronext), il s’agit du colza novembre 2018.
Il y a 15 ou 20 ans il y avait chez nous peu d’échéance cotées, alors on parlait du novembre par exemple pour le plus proche, et du novembre “loin” ou du novembre “rouge” pour le novembre qui suivait le plus proche.
Maintenant, comme on cote sur plusieurs années, on parle du novembre (le plus proche), puis du novembre 19 puis du novembre 20, etc.

4 J'aime

Merci pour ces explications

1 J'aime

Petite citation que j’ai trouvé pertinente : :yum:

Comment repérer une personne qui ne comprend rien au marché? Il te parle des fonds ou d’El Nino.

Bref quelqu’un qui te noie sous des tas de discours, preuve qu’il ne sait pas plus lui-même gagner un seul euro sur les marchés, et qu’en général il n’a pas de compte matif.
C’est le cas de ceux qui ne peuvent gagner qu’en vendant des abonnements. :wink:

3 J'aime

Je réponds à toute question, même la plus simple et qui paraît compliquée à celui qui la pose. Quand j’ai débuté sur les marchés à terme, je n’y connaissais rien mais j’étais motivé. J’ai appris en opérant, raisonnablement, mais souvent, avec des brokers et uniquement par téléphone pour les ordres. On apprend vite à appeler un chat, un chat, sinon ça coûtait cher.
J’ai commencé par du colza Matif, puisque c’est avec le colza que les futures sur marchandises agricoles (hors sucre…) ont commencé chez nous. Le colza était coté en DEM (Deutsche Mark, la monnaie allemande). Quelques temps après, ce fut l’ouverture du future blé1 coté en FRF (francs français), toujours à la criée, à la corbeille. J’y suis allé, c’était un peu mort, les opérateurs autour de la corbeille, un ou deux coteurs qui enregistraient les transactions quand il y en avait, les opérateurs prenant leurs ordres par téléphone dans une cabine si besoin de discrétion…
Maintenant, tout est en Euros, électronique. Avant, une très grosse journée, ce qui était exceptionnel à la corbeille voyait 1000 lots traités!!! Maintenant 1000 lots, c’est souvent fait en quelques minutes.
Ça a changé, ça va très vite, il est plus difficile d’apprendre sans se pincer les doigts, mais avec internet on peut tout apprendre seul et sans dépenser de l’argent qu’on a de moins en moins.

3 J'aime

J’ai juste relevé une petite erreur, le soja c’est ZS et pas ZX. :wink:

1 J'aime

Bien vu, j’ai été trop vite. C’est corrigé, merci

1 J'aime